info@caminosantiago.com

Sierra de O Courel

  • Courel

La Sierra de O Courel est située au sud-est de la Province de Lugo. Elle s'étend sur les communes de Quiroja, Folgoso do Courel et Piedrafita do Cebreiro (sur le Chemin de Saint-Jacques). Elle a une superficie de 21 020 hectares, et est géologiquement la plus complète des Sierras de Galice, car elle contient certaines des espaces naturels les plus importants de la Péninsule Ibérique. De profondes vallées alternent avec des sommets de plus de 1500 mètres, ébauchant un système fluvial complexe.

Les matériaux les plus fréquents de la sierra sont l'ardoise, les schistes et les grès du paléozoïque, avec des couches intercalées de quartzite et de calcaire gris. Les quartzites constituent les reliefs qui ressortent le plus du paysage. Pendant l'Orogénie Hercynienne, de nombreux plis se sont produits dans cette région, en direction Nord-Ouest. Puis, ils ont été aplanis par l'érosion.  

Avec le rajeunissement causé par l'Orogénie Alpine, la plupart des blocs se sont levés et les rivières se sont encaissées profondément, en suivant les lignes de faille, de telle sorte que l'on apprécie des dénivelés de plus de 1000 mètres entre les sommets de la sierra et las vallées encaissées. Les rivières qui traversent et bordent O Courel (Sil, Lor.) conservent des traces d'exploitations minières romaines, qui récupéraient l'or des alluvions.

O Courel possède en outre une grande diversité de paysages, en raison des contrastes climatiques entre le fond des vallées et leurs parties les plus en hauteur. Cet espace naturel possède une végétation autochtone parmi laquelle on peut citer les 'devesas', qui sont des bois peuplés de hêtres, ifs, houx, bouleaux ou noisetiers, et qui occupent généralement les espaces les plus abrupts, et les 'soutos', qui sont des forêts de châtaigniers situés dans les vallées.

La végétation de la sierra est le fruit de sa situation géographique, entre le domaine méditerranéen et l'eurosibérien, d'où l'existence de nombreuses espèces végétales adaptées aux différentes conditions climatiques et topographiques. Au fond des vallées, il y a des espèces arborescentes adaptées à la sécheresse : les chênes verts, chênes liège ou arbustes comme l'arbousier, le ciste ou la lavande. Le chêne pubescent et la bruyère poussent jusqu'à 1000 mètres d'altitude, et au-dessus, ils cèdent la place à des espèces eurosibériennes comme le rouvre, le hêtre et le bouleau, qui forment des espaces denses de forêt.