info@caminosantiago.com

Monastères de las Huelgas

  • huelgas

Le Monastère de Santa María la Real de las Huelgas est l'un des monuments les plus importants et célèbres d'Espagne. Dès sa fondation, il a joui d'une grande importance et influence sociale, qu'il a conservée jusqu'à la seconde moitié su XIXº siècle, et ses abbesses ont eu un pouvoir presque épiscopal.

Le Monastère a été érigé au XIIº siècle sous les auspices du roi Alfonso VIII et de son épouse Leonor, qui souhaitaient un lieu digne pour accueillir un Panthéon des Rois, et qui puisse servir de villégiature à un grand nombre de femmes de la haute aristocratie et de la royauté.

Le Roi a reçu le soutien du pape Clément III pour parvenir à ses fins. Las Huelgas a dès ses débuts bénéficié de la protection des Papes et des Rois. Alfonso XI et son fils Enrique de Trastámara y ont été couronnés, et Fernando III, Alfonso XI, Pedro I et Juan II y ont été faits chevaliers. D'autre part, le rêve d'Alfonso VIII a été exaucé, puisque le temple accueille de nombreux tombeaux royaux.  

L'ensemble monastique est conçu comme une forteresse, avec une tour fortifiée et un atrium d'accès au temple appelé portail des Caballeros. Le parvis extérieur conduit à l'église et aux chapelles funéraires adjacentes (San Martín et San Juan), et de là, au cloître de San Fernanso et ses dépendances annexes. Après cette première enceinte se trouve le Parvis intérieur, qui donne sur plusieurs salles correspondantes à la porterie et au logement monastique, ainsi qu'à des bâtiments annexes.

L'église, de style gothique, comporte un large chour à cinq absides, un transept remarquable, et trois nefs, le chour des sours étant situé dans la nef centrale. Au sud de l'église se dresse un cloître construit sous le règne de Fernando III el Santo. C'est une ouvre gothique dont on peut souligner les arcs cylindriques en ogives qui constituent le toit et qui conserve, par endroits, des fragments de fins motifs de plâtre hispano-musulman avec des entrelacs, des motifs végétaux, des inscriptions coufiques, des châteaux, des paons, des griffons. Dans ce cloître, se trouvent quelques capelles pour la dévotion des sours. Il donne également sur les galeries, autour d'une cour en arcs d'ogives qui autrefois s'appuyaient sur des colonnes aujourd'hui disparues car les murs ont été comblés au XVIIº siècle, lors de la construction du cloître haut.

On remarquera également dans le Monastère, la Salle Capitulaire qui conserve des souvenirs de la Bataille de la Navas de Tolosa et héberge le Musée des Tissus Riches, qui possède une précieuse collection de tissus et d'objets et ornements sacrés, extraits des tombeaux médiévaux conservés dans l'église.