info@caminosantiago.com

Monastère de San Zoilo

  • san zoilo

Le Monastère Royal de San Zoila est le bâtiment roman le plus ancien de Carrión de los condes (il est érigé sur une place romaine). Nous avons des preuves de son existence depuis 948, et il a conservé des reliques du saint depuis 1047. Ce fut l'un des monastères les plus importants du Moyen-âge, car il est devenu siège de la cour des rois de Castille et Léon à cette période, et point de réunion de conciles.  De plus, il a hébergé la sépulture de nombreux nobles.


En 1076, il est passé aux mains de l'orbite de Cluny et a été une pièce clé de la réforme clunisienne.  Le désamortissement de 1835 a fait disparaître les moines bénédictins qui régissaient le temple.  Dès lors, il a été séminaire, centre d'enseignement, et actuellement, hôtel.  Il a été déclaré Monument National Historique Artistique le trois juin 1931.

Le monastère a subi une rénovation au XVIº siècle, époque de laquelle date le cloître actuel, de style gothique-renaissance, bien que l'enceinte conserve encore les bâtiments correspondants à l'ancien monastère. 

Le portail principal, avec son arc en anse de panier et archivoltes, est de style gothique tardif, décoré de cordons franciscains.  L'intérieur du monastère est couvert d'une armature de bois, et le sanctuaire de l'église, d'une voûte à croisée d'ogives gothique, bien que tout ait été réhabilité au XVIIº siècle, avec du plâtre, en style maniériste. Le temple actuel est baroque et son intérieur conserve les tombes des malheureusement célèbres Enfants de Carrión, protagonistes de la légende noire du Cantar del Mío Cid.

On remarque particulièrement dans le monastère, un portail roman découvert en 1933 dans le mur ouest de l'église primitive.  Il est très bien conservé. Il comporte deux arcs semi-circulaires superposés, et flanqué de colonnes de marbre romaines du IIº siècle, surmontées de quatre chapiteaux avec des scènes et des messages religieux taillés sur trois de leurs faces, sur des fûts lisses ou striés en marbre italien de plusieurs couleurs (l'un des rares exemples d'utilisation de matériel) et des bases romanes.  Sur la porte, de plus, on peut lire l'inscription de dédicace du premier temple.