info@caminosantiago.com


C'est une ville d'époque romane riche en palais, maisons de maître, églises, couvents, ponts et bâtiments imposants qui lui ont valu le surnom de la « Tolède du nord ». La ville, de 13 000 habitants, vous surprendra par son activité commerciale dynamique et son marché du jeudi, son goût de la musique et du théâtre, et une gastronomie choisie. 

Née au bord du Chemin de Compostelle, au centre de ce qui fut la ville médiévale d'Estella-Lizarra, se dresse l'église San Pedro de la Rúa, église principale de la ville, dont le cloître du XIIe siècle, est considéré comme l'un des joyaux de l'art roman en Navarre.

- Église San Miguel: Son portail septentrional, parmi les plus représentatifs de l'art roman tardif, et le retable gothique de Santa Elena, méritent une attention particulière. 
D'aspect solide, restaurée de 1987 à 1992, l'église San Miguel constitue une bonne carte de visite pour le quartier de San Miguel, où Francs et non-Francs vivaient ensemble et pratiquaient le commerce, un commerce qui s'est prolongé jusqu'à nos jours avec, tous les jeudis, une foire sur la place du même nom.

L'aspect extérieur de l'édifice est grandiose, avec ses jeux de volumes, comme celui de la tour baroque située au chevet et le bloc de la tour médiévale aux pieds de la nef. 

Mais le joyau de l'église est son portail nord, représentatif de l'art roman tardif espagnol, devant lequel on arrive après avoir monté un long escalier. Sur son tympan, vous reconnaîtrez le Christ en majesté, entouré des symboles des quatre évangélistes, de la Vierge et de saint Jean dans leur rôle d'intercesseurs lors du Jugement. 

- Face au Palais des rois de Navarre, nichée sur une pente d'où elle domine la ville, l'église offre un beau portail du XIIIe, aux arcs lobulés d'influence arabe profusément décorés, une tour imposante et un intérieur qui abrite, entre autres richesses, des stalles romanes et diverses sculptures romanes et gothiques. Le cloître, daté des alentours de 1170, est l'un des hauts lieux de l'ensemble. Deux galeries ayant disparu avec la destruction du château de Zalatambor, ordonnée par Felipe II en 1572, il ne conserve que les galeries nord et ouest. 

Les arcs simples, en plein cintre, neuf de chaque côté, prennent appui sur des colonnes géminées. Les chapiteaux de l'aile nord sont illustrés de scènes de la vie des saints et du Christ, tandis que ceux de la galerie ouest sont ornés de motifs végétaux et d'êtres fantastiques tels que des harpies et de variations sur le thème de l'aigle. Et surtout, remarquez une exceptionnelle fantaisie de cette dernière galerie, qui se retrouve à Burgo de Osma et à Santo Domingo de Silos : les quatre colonnes torses entrelacées sur lesquelles s'appuie l'arcade centrale. 

 

-Église Santo Sepulcro: Son portail surprenant est l'un des joyaux de la sculpture gothique navarraise. Les artisans y ont sculpté avec dévotion et délicatesse les figures des apôtres et raconté avec originalité divers épisodes de la vie de Jésus.  L'église est fermée depuis 1881 et bien qu'il soit impossible d'y entrer, la beauté de son portail attire de nombreux visiteurs.

La construction du temple a débuté au XIIe siècle. Le chantier s'interrompt au XIVe, laissant inachevé l'ambitieux projet originel qui visait à bâtir une église à trois nefs similaire à San Pedro de la Rúa, San Juan ou San Miguel, autres églises de la fin de l'époque romane d'Estella-Lizarra.