info@caminosantiago.com

SANTO DOMINGO DE LA CALZADA, DONDE CANTÓ LA GALLINA DESPUÉS DE ASADA (où a poule chanta, rôtie sur le plat)

Depuis des siècles, un beau poulailler gothique à l'intérieur de la Cathédrale abrite une poule et un coq vivants, en souvenir du célèbre miracle qu'Aymeric Picaud situe à Toulouse au début du XVe siècle et que l'historien Huidobro narre ainsi : « Un couple d'Allemands, de Santu, près de Wesel et Res, dans l'Archevêché de Cologne, décident, en vertu d'une promesse, de se rendre en pèlerinage à Compostelle, accompagnés de leur jeune fils. Ils font une halte à Santo Domingo, étape du Chemin, et prient avec grande dévotion devant le glorieux sépulcre de l'église, renommé pour ses nombreux miracles. Fatigués par le voyage, ils se rendent dans une auberge, où ils restent deux jours. La fille de l'aubergiste tombe amoureuse du jeune homme, mais ce dernier repousse ses avances. Pour se venger, elle glisse, pendant son sommeil, une tasse en argent dans le bagage du jeune pèlerin, pour l'accuser postérieurement du vol. »

Le jeune est arrêté par le Juge et pendu pour ce vol qu'il n'a pas commis. Les parents, arrivés à Compostelle, prient pour leur fils à Saint-Jacques. Sur le chemin du retour, ils trouvent leur fils pendu, mais encore vivant, grâce à l'intercession de l'Apôtre. Ils se rendent chez le Juge, pour lui raconter le miracle. Ce dernier, qui est sur le point de dévorer deux volailles (un coq et une poule), leur répond avec ironie : « Il est vivant, aussi vrai que ce coq et cette poule vont se mettre à chanter ». Le coq et la poule sautèrent aussitôt hors du plat et le coq chanta et la poule caqueta.

De là le dicton populaire : « Santo Domingo de la Calzada, donde cantó la gallina después de asada » (où la poule chanta, rôtie sur le plat).

Extrait du livre « Curiosidades del Camino de Santiago ». Auteur.- Juan Ramón Corpas Mauleon. Éditions Edilesa.