info@caminosantiago.com

EL BIERZO MAGIQUE. LE SECRET DES TEMPLIERS

Au pied du col se dresse Molinaseca, avec son sanctuaire de la Virgen de las Angustias (Vierge des Angoisses) à l'entrée. On raconte que les paysans, quand ils passaient par la ville, avaient l'habitude d'arracher un éclat de bois de la porte à l'aller et d'y jeter les outils, avec lesquels ils avaient travaillé, au retour. Plus tard, les pèlerins les imitèrent, en emportant comme souvenir une esquille de la porte. Après avoir traversé le pont, on pénètre dans la longue Calle Real (rue Royale), flanquée par de belles maisons à blasons, munie d'une trappe, qui, ouverte, permettait à  l'eau du fleuve de s'écouler à travers la rue empierrée, pour la nettoyer. Ce système médiéval, qui existait également à Puente la Reina de Navarre, est encore utilisé à Molinaseca le 15 août, dernier jour des fêtes patronales. L'église paroissiale est consacrée à Saint-Nicolas. 

Ponferrada  n'a pas conservé son pont en granit renforcé de fer, que l'évêque Osmundo fit construire et qui est à l'origine du nom de la ville (Pons-ferrata). Elle est baignée par les eaux du fleuve Sil (« El Miño lleva la fama y el Sil el agua ») et protégée par le formidable Château des Templiers, construit en 1178 et d'une telle beauté qu'il surprend le visiteur. Ses caractéristiques particulières ont, de tout temps, attiré également l'attention des spécialistes du Temple, à commencer par ses dimensions, démesurées, vu son emplacement  éloigné des fronts de guerre. Il conserve encore plusieurs Signes de Reconnaissance que l'on retrouve dans les sites spirituels importants, tels que la triple muraille (qui évoque les trois voux prononcés par les Chevaliers), la Rose des initiés sur la porte d'entrée, le Baphomet et la Tau. En outre, les douze tours de la primitive forteresse imitent schématiquement les douze constellations ou signes du zodiaque. L'érudit Luis San Juan, après de compliquées opérations astronomico-cabalistiques, en déduit ainsi que la structure du château renferme un message pour les initiés :  "En la taca que hay en la g de la ciudad cava, se sale a la entrada del gran secreto" (l'entrée au Grand Secret).

Cette circonstance, liée à la phrase de Fulcanelli dans ses Demeures Philosophales (« La pierre philosophale était gardée par douze Templiers, qui rappellent les signes du zodiaque ») et la tradition, qui affirme que les Templiers auraient trouvé et récupéré l'Arche de l'Alliance dans le sous-sol des ruines du Temple de Jérusalem, pourrait laisser supposer que la forteresse de Ponferrada abrite les objets à plus grande projection mythique de l'histoire de l'humanité : la Pierre Philosophale et l'Arche de l'Alliance.

Extrait du livre « Curiosidades del Camino de Santiago ». Auteur.- Juan Ramón Corpas Mauleon. Éditions Edilesa.